Chronique Littéraire·Fantastique·Jeunesse·Lecture ok

Kaleb – #1 – Myra Eljundir

Hey!
J’espère que vous passez une belle journée!

Aujourd’hui, on se retrouve pour parler du premier tome de Kaleb!

Titre : Kaleb
Autrice : Myra Eljundir
Editeur : Robert Laffont
Nombre de pages : 442
Genre : Fantastique – Jeunesse
Prix : 18€
Statut : 3 tomes – terminée
Premières lignes : 🐱

Résumé : À 19 ans, Kaleb Helgusson se découvre empathe : il se connecte à vos émotions pour vous manipuler. Il vous connaît mieux que vous-mêmes. Et cela le rend irrésistible. Terriblement dangereux. Parce qu’on ne peut s’empêcher de l’aimer. À la folie. À la mort.
Sachez que ce qu’il vous fera, il n’en sera pas désolé. Ce don qu’il tient d’une lignée islandaise millénaire le grise. Même traqué comme une bête, il en veut toujours plus. Jusqu’au jour ou sa propre puissance le dépasse et ou tout bascule… Mais que peut-on contre le volcan qui vient de se réveiller?

« Le Bien et le Mal ne sont pas si différents. Ce sont des frères jumeaux qui s’épanouissent différemment. Il suffit parfois d’un minuscule grain de sable pour enrayer la machine et inverser la tendance de chacun. Et si le Mal peut devenir le Bien, c’est que tout est possible…« 

Je ne vais pas vous mentir, j’ai emprunté ce livre uniquement pour son résumé et sa phrase d’accroche : « C’est si bon d’être mauvais ».
Pour moi, c’était la promesse d’un personnage méchant, très méchant, malsain, dangereux. Bref, un bon anti-héros qu’on allait détester jusqu’à la racine des cheveux, à moins que l’on ne tombe sous son charme pour notre plus grand malheur…
Est-ce que mes attentes ont été comblé?
Et bien non…

Déjà de quoi ça parle?
C’est pas évident en faite… On va suivre Kaleb, 19ans, beau comme un Dieu, qui découvre qu’il est empathe. On va alors le suivre dans sa découverte de son don et de tout ce que cela implique.

Et c’est un premier point plutôt sympa! En effet, Kaleb ne sait rien de ce don, ni d’où il vient, ni pourquoi, etc. Et nous, lecteur, on est aussi perdu que lui. On suit ses pensées, ses déductions, on n’apprend quasiment tout en même temps que Kaleb.
Cela aurait pu m’aider à me rapproche de lui. Seulement, on a ici une narration à la troisième personne, ceux qui met immédiatement une certaine distance entre le lecteur et le personnage. De plus, on ne va pas se mentir, mes points communs avec Kaleb, s’ils existent, sont vraiment très minces.
Bref vous l’aurez compris, Kaleb et moi on n’a pas vraiment accroché.
« Sachez que ce qu’il vous fera, il n’en sera pas désolé« . Mouais…
Ce n’est pas facile d’argumenter sans vous spoiler. Pour rester vague je dirai qu’à des moments Kaleb est un monstre qui agit sans remords mais qu’à d’autres c’est un jeune adulte complètement perdu et dépassé par les évènements qui lui tombent dessus sans qu’il n’ai rien demandé.
Par contre, et j’en profite pour glisser un avertissement, son comportement, notamment envers les filles, et Lucille en particulier, est répugnant et malsain.
Kaleb n’est pas un monstre, mais ce n’est certainement pas un ange non plus! Dans le fond, Kaleb est vraiment mauvais! Mais je m’attendais à quelqu’un d’encore plus méchant au vu du résumé, d’où ma « déception ».

Je dois également vous avertir que certaines scènes, notamment au début et à la fin, sont d’une extrême violence (physique ET mentale).
Comme j’étais complètement passé à côté de l’avertissement « déconseillé aux âmes sensibles et aux moins de 15ans », je ne m’y attendais pas du tout! L’autrice n’a pas peur de nous décrire la scène, elle n’omet rien. Aucun filtre n’est présent.

Une fois mes attentes remis à la baisse, j’ai pu me plonger dans l’intrigue que je trouve très original. La mythologie autour du don de Kaleb est très intéressante et a encore beaucoup de potentiel!

En ce qui concerne les autres personnages, je dirai que j’ai ressentis la même distance qu’avec Kaleb. Aucun ne m’a marqué plus qu’un autre. En même temps, j’ai l’impression que presque tous les personnages sont méchants, alors pas évident de s’attacher à eux. Aucun n’a un minimum de charisme.

Le petit plus, c’est la lecture des mémoires d’un homme, qui possède également un don. Ses écrits sont réparties dans le roman et ça permet de donner une certaine dynamique. Son histoire est vraiment prenante (peut être même plus que celle de Kaleb?)

L’écriture est fluide, simple, directe.

J’ai trouvé que le suspense est très bien gérée! J’ai découvert 2-3 petites choses bien avant Kaleb mais pour le reste j’ai tout découvert avec lui, et la fin promet une suite intéressante!
Cependant, en terme d’action, le début est assez lent et les choses ne commencent vraiment à bouger qu’à partir de la deuxième moitié du roman (voire que vers la fin).

En bref, je dirai que Kaleb est une lecture… Qui me laisse perplexe. L’originalité, la fluidité de l’écriture, le suspense, tout cela fait que ce roman se dévore.
En revanche, je me suis sentie très éloignée des personnages et je n’ai pas senti le frisson que je pensais avoir.
De plus, certaines scènes m’ont mis mal à l’aise, certains passages peuvent être violents et les descriptions sont brutes, percutantes, sans filtres. 

[Avis personnel : Si vous vous attendez à une lecture oppressante, malsain de A à Z avec un méchant pleins de noirceurs, je ne pense pas que vous le trouverez en Kaleb, ou du moins pas dans ce premier tome.]

Merci d’avoir lu cette chronique!
Ce livre vous tente t-il? L’Avez-vous lu? L’avez-vous aimé?
Je vous souhaite une belle journée! ❤
A bientôt!

Trilogie : #2 : Abigail / #3 : Fusion

Publicités

5 commentaires sur “Kaleb – #1 – Myra Eljundir

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s