Premières Lignes

Premières Lignes – Prédateurs de Maxime Chattam

 Bonjour lecteurs et lectrices, j’espère que vous passez un bon week-end!

« Premières Lignes » est un rendez-vous que j’aime bien suivre, initié par Ma Lecturothèque.
Le principe est simple : chaque semaine, citer les premières lignes d’un livre.

Petite mise en bouche avant ma chronique!

…PREDATEURS – MAXIME CHATTAM…

Capture d’écran 2019-04-06 à 10.13.29

  • Premières lignes

« Le ciel était d’un gris uniforme, il retenait la lumière comme un filet diaphane, ne laissant à la terre qu’une clarté atone.
Les milliers de soldats de la base attendaient dans leur tente, les uns jouant aux cartes ou aux dés, mégot ou cure-dent au coin des lèvres, les autres conversant autour de caisses en bois.
Certaines régiments avaient déjà embarqué et vivaient à bord des navires de guerre amarrés aux quais devenus campement.
L’attente les consumait.
L’attente du signal.
Il prendrait d’abord la forme d’une rumeur, se propagerait depuis le poste de commandement ou du mess des officiers. Et en quelques minutes les milliers d’hommes entassés ici seraient au courant, équipement paré.
Alors il faudrait former les rangs. Partir vers le sud, vers un avenir tristement binaire : survive sous le feu ou périr par le feu.
Surplombant le port, le bâtiment des officiers généraux se dressait : briques rouges aux joints, arêtes et corniches blancs.
Dans une salle du deuxième étage le lieutenant Craig Frewin, face à la fenêtre, considérait ce grand rassemblement monochrome d’éclat de rire, de ronflements et de jurons, organisé autour de cabanes en vois d’où montaient à tous heures de la journée les fumées de bassines de nourriture. »

  • Résumé

« Une guerre sans nom. Le débarquement libérateur est imminent. Parmi les GI’s, la tension est extrême. Mais cela ne peut suffire à expliquer le crime abominable découvert sur l’un des navires alliés : un soldat a été retrouvé pendu à des crocs de boucherie, la tête remplacée par celle d’un bélier. Le lieutenant Frewin de la Police militaire et l’infirmière Ann Dawson dépêchée sur les lieux en sont convaincus : c’est l’oeuvre d’un tueur redoutable qui jouit de la souffrance qu’il inflige. « 

Je vous souhaite de passer un beau dimanche!
A bientôt! ❤

Publicités

3 commentaires sur “Premières Lignes – Prédateurs de Maxime Chattam

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s