Bonne Lecture·Chronique Littéraire·Thriller

[Roman] Pourquoi lire… Prédateurs – Maxime Chattam

Hey!
J’espère que vous allez bien!

Ames sensibles, s’abstenir!

Capture d’écran 2019-04-06 à 10.13.29Titre : Prédateurs
Auteur : Maxime Chattam
Editeur : Albin Michel
Nombre de pages : 459
Genre : Thriller
Prix : 22€ – Poche 8,60€
Statut : Tome 2 – Le Cycle de l’homme et de la vérité – Terminée
Premières lignes : 🖊
Résumé :
« Une guerre sans nom. Le débarquement libérateur est imminent. Parmi les GI’s, la tension est extrême. Mais cela ne peut suffire à expliquer le crime abominable découvert sur l’un des navires alliés : un soldat a été retrouvé pendu à des crocs de boucherie, la tête remplacée par celle d’un bélier. Le lieutenant Frewin de la Police militaire et l’infirmière Ann Dawson dépêchée sur les lieux en sont convaincus : c’est l’oeuvre d’un tueur redoutable qui jouit de la souffrance qu’il inflige.« 

 

…CE QUE J’AI AIMÉ…

  • Une lecture pleine de suspense et très addictive

J’ai dévoré ce livre! L’intrigue est très bien mené, on a envie de savoir qui est le coupable, on se perd d’hypothèse en hypothèse et je ne m’attendais pas du tout à ce que ce soit cette personne la coupable, mais alors pas du tout! Pour être honnête j’avais deux personnes en tête, je voulais prendre à revers l’auteur pour à la fin dire : « Ha Ha! Tu voulais me faire croire que ça ne pouvait pas être lui, tu as voulu m’embrouiller mais j’ai vu clair dans ton jeu dès le début! »
Et bien non je ne peux pas dire ça… Oups 🙊

« Au milieu de la salle, quatre membres pendaient mollement, dans un uniforme kaki taché de sinistre auréoles sombres. Un corps humain. Surmonté d’une tête de monstre.« 

  • Une atmosphère pesante

L’histoire se déroule en temps de guerre, non loin du champ de bataille. L’auteur nous imprègne bien de l’atmosphère pesante, lourde du campement. On est en totale immersion de par les descriptions, de par l’intrigue, mais également de par les détails réalistes pour tout ce qui concerne l’installation, l’organisation militaire etc. Mais l’auteur a fait encore plus fort en nous décrivant les scènes de crimes, sans aucun filtre, et croyez-moi ses scènes ne sont vraiment pas jolies! Ames sensibles s’abstenir! Puis éviter peut être de le lire avant de vous coucher…  Petit bémol peut être pour certains, on ne sait pas qui la guerre oppose, on ne sait pas où ni quand ça se passe.

  • De la psychologie en veux-tu en voilà

Maxime Chattam nous plonge dans le Mal et nous livre des pensées, observations, déductions, détaillées – et parfois assez longues on ne va pas se mentir – sur le sujet. Ça c’est pour l’arrière-plan. Parce qu’au premier plan, on a notre intrigue. Craig et son équipe vont tenter de peindre le portrait du tueur, portrait psychologique – pourquoi fait-il ça, que pouvons-nous déduire de sa personnalité à travers ses meurtres… -. C’est un procédé très intéressant et on peut réfléchir en même temps que la PM (Police Militaire- parce que nous avons les mêmes données qu’eux et en même temps. Autre aspect psychologique développé : les personnages. Surtout les principaux mais également les secondaires. Pour le coup, je suis un peu déçue. Il est vrai qu’ils sont développés, on découvre leur façon de pensée, qui ils sont, pourquoi, etc. Malheureusement, pas de réelle surprise pour moi. Le pourquoi les personnages sont comme ça, leurs secrets « inavouables » sont extrêmement prévisibles. En bref des réflexions profondes sur la personnalité sur meurtrier et sur la notion du Mal mais une psychologie plus en surface pour les protagonistes.

« Un homme qui en tue un autre marque la scène du crime de son caractère, aussi sûrement qu’une empreinte digitale marque l’arme. Il suffit de savoir lire les lieux.« 

…CE QUE JE N’AI PAS AIMÉ…

  • Ann Dawson

Autant je me suis attachée à Craig, sans réelle raison d’ailleurs, je l’ai juste trouvé… touchant d’une certaine façon. Autant Ann, dès son apparition, je ne l’ai pas aimé. Son attitude, sa façon d’agir, de parler, son côté cliché (oui Craig est aussi cliché mais ça m’a moins horripilé). Non ça ne l’a pas fait avec moi et c’est pas facile facile quand on prend en grippe un personnage principal… Autre chose, dès qu’elle est apparu j’ai deviné la direction qu’allait prendre l’auteur et cela m’amène à mon second point…

  • La relation entre les deux protagonistes principaux

…A quel moment cela devait-il prendre ce chemin s’il-vous-plaît?! J’essaie de comprendre, promis. Mais pourquoi, dans un thriller, mettre une magnifique infirmière intrigante et un lieutenant attirant au passé ténébreux. Dès le début on sait où ça va aller, dès le début j’ai levé les yeux au ciel. Est-ce vraiment nécessaire de faire ça? Vraiment? Alors ok, j’ai un peu de mauvaise foi, ça ne vient pas empiéter sur l’enquête ou l’intrigue, c’est vraiment à l’arrière arrière plan. Ok, Ok. Mais je veux juste comprendre pourquoi faire ça. Je n’ai pas trouvé que c’était très sain en plus comme évolution. Je peux à la limite comprendre l’intérêt psychologique de leur rencontre. Ok, soit. Mais ça s’arrête là. Si vous avez une réflexion sur le sujet je suis preneuse 😀

« Adolescent, Frewin avait appris en cours de physique et chimie que rien dans l’univers ne pouvait se perdre. Depuis, il était convaincu qu’il en allait de même avec le sens, la sémantique. Ecrire était une manipulation chimique qui consistait à transformer de la pensée en un dessin précis. Brûler ces mots c’était dissoudre le papier et répandre le sens des phrases dans l’ailleurs. (…) Car rien en ce monde ne pouvait se perdre. Ni la joie, ni l’amour, ni la repentance. (…) Un concert d’explosions résonna dans le lointain, irisant l’horizon de bulles rougeoyantes. rien ne pouvait se perdre. Ni la haine. »

  • Un peu long sur la fin

Alors oui c’était addictif. Mais au bout d’un moment, tu veux savoir qui est l’assassin! J’étais un peu lassé lorsque j’ai attaqué la seconde partie du récit, j’avais envie de savoir une bonne fois pour toute qui était le coupable. Quelques pages de moins ne m’aurait pas dérangé.

  • Révélation finale

J’ai été surprise de l’identité du coupable, vraiment. Mais j’ai été déçu parce que je me suis dit : tout ça pour ça? Toutes ces déductions, tout cet aspect psychologique, tout ce profilage pour ça? J’aurai préféré que le coupable soit un de mes deux suspects, j’aurai trouvé cela plus cohérent… Là j’ai été vraiment surprise mais également déçue…

NB : descriptions très explicites et scènes de meurtre très sanglante et violente!
Tome 2 mais peut se lire séparément, ce sont trois histoires différentes, avec des personnages différents etc.

Pour conclure, je dirai que si le premier tome de cette trilogie ne m’a pas du tout emballé, ce second m’a fait passer un agréable moment. Ce roman nous plonge au coeur du Mal à travers des scènes visuellement très violentes mais également à travers toute la réflexion psychologique qui se met en place derrière. Fan de profilage et de serial killer, vous allez être servis!
Une bonne lecture!

Avez-vous lu ce livre? Qu’en avez-vous pensez?

Je vous souhaite une belle journée. A bientôt! ❤

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s